Association de Protection et de Valorisation de la falaise de Miramar à la Chambre d’Amour

Image is not available
Présentation de notre association

Découvrez notre histoire et les objectifs de notre association

Slider

L’association s’est d’abord appelée : ASSOCIATION de DEFENSE de la FALAISE du MIRAMAR à BIARRITZ au  VVF à ANGLET , pour changer de nom,à l’occasion de son dixième anniversaire, afin d’être plus en harmonie avec l’objet même de son existence, et s’appeler : 

ASSOCIATION de PROTECTION et de VALORISATION de la FALAISE de MIRAMAR à la CHAMBRE D’AMOUR .    APVF

( ainsi enregistrée à la sous-préfecture de BAYONNE en octobre 2008 ).

L’association de protection et de valorisation de la falaise de MIRAMAR à la CHAMBRE D’AMOUR est née en 1999, sous l’impulsion des riverains qui ont souhaité comprendre les phénomènes d’érosion de cette partie du littoral, tout en s’attachant à la richesse et la diversité du patrimoine historique que peut offrir un si petit territoire.

 Elle a donc pour objet la protection du site et de l’environnement patrimonial et historique que constituent les falaises allant de MIRAMAR sur la commune de BIARRITZ jusqu’au VVF sur la commune d’ANGLET, en incluant le site du phare et du CAP ST MARTIN, dans l’intérêt du public promeneur et des riverains.

Ce site, d’un linéaire de 3 km, environ, est une falaise sur laquelle le domaine privé s’est en partie développé de la fin du XIXème siècle au XXème siècle, laissant l’autre partie au domaine public, au sein duquel figurent le phare et le jardin public qui domine la mer.

 L’objectif essentiel de l’association est de faire prendre conscience à un large public de la menace que représente le travail permanent de sape de la mer, sur ce lieu unique des falaises du littoral, décrit ci-avant.

 Bien qu’occupé sur sa plus grande surface par des constructions privées, ce site offre toutefois au public un large espace de contemplation sur toute la baie depuis le phare jusqu’à la côte espagnole, d’une part, vers l’embouchure de l’Adour et la côte landaise, d’autre part.

 En outre, il recèle un patrimoine historique depuis l’époque Napoléon III jusqu’à nos jours, sans oublier les heures tristes de la seconde guerre mondiale , qui ont laissé des empreintes immuables matérialisées par les blockhaus construits dans la falaise par l’armée allemande.

 Il importe que l’association réunisse le plus grand nombre de membres , pour sensibiliser le plus grand nombre de personnes, d’ici et d’ailleurs, privées et/ou publiques, pour sauvegarder ce site superbe, l’une des plus belles images de la Côte Basque.

Ainsi :

Les travaux de l’association sont posés sur 3 axes principaux :

–le culturel , avec le volet historique et patrimonial.

–l’environnement et le développement durable avec la protection du site géologique , de la faune et de la flore.

–le scientifique avec les études géologiques et techniques des experts en matière d’effets climatologiques et les conséquences de l’action de la mer contre la falaise.

Certaines actions ont donc été menées, dans un souci d’efficacité et afin de répondre aux objectifs ciblés , des exemples sont ici cités:

1-      informer et être informé est un impératif incontournable pour la reconnaissance de l’association, d’où la création du présent site internet ;

2-      créer des relations de partenariat dans des domaines similaires à ceux de l’association , afin de développer des contacts, voire des synergies .

Dans ce cadre-là, l’association  de protection et de valorisation de la falaise de MIRAMAR à la CHAMBRE D’AMOUR se rend aux conférences d’une autre association locale, qui œuvre pour la protection de la côte entre le VVF et l’embouchure de l’Adour, prenant en compte le Port de Bayonne, tout comme elle convie ladite association à ses propres conférences : ces rencontres nourrissent échanges et idées, de façon réciproque est-il permis de penser.

3-      la mise en place de relations et d’un partenariat avec la Ligue de Protection des oiseaux ( LPO) puisque des faucons pèlerins viennent nicher sur la falaise.

4-      La participation à l’élaboration de la charte sur l’Environnement et le Développement Durable, mise en place par la communauté d’agglomération, intégrant, notamment les 3 villes de BAYONNE, ANGLET et BIARRITZ.

5-      La participation à des réunions publiques, organisées par les collectivités, avec des ingénieurs, juristes, élus, membres de la communauté d’agglomération, pour la définition du trait de côte et la réflexion quant aux risques et aux solutions.